Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/spip/config/ecran_securite.php on line 283
Interview Exclusive d’Olivier de Benoist - Fan Club officiel d'Olivier de Benoist

Accueil > Textes > Interview Exclusive d’Olivier de Benoist

Interview Exclusive d’Olivier de Benoist

samedi 9 février 2013, par Administrateur

Interview d’Olivier de Benoist
JPEG - 3.7 Mo

Casino du Palais de la Méditerranée
Le 25 janvier 2013

Eric Widiez : Bonsoir Olivier, merci d’avoir accepté de nous recevoir pour répondre à quelques questions de ton Fan-Club officiel.

Olivier de Benoist : Ecoute, déjà je suis absolument enchanté d’être associé au Fan-Club officiel, si j’ai quelque légitimité à l’être. En tous cas, je suis ravi de cette aventure, de ce Fan-Club que je consulte sur internet très souvent pour être au courant de mes dates, etc et de mon actualité. Je suis heureux de répondre à quelques questions même si je suis stressé, tu l’imagines, car je ne connais pas encore les questions.

Eric Widiez : Je me fais le porte-parole de quelques fans qui m’ont soumis ces questions.
La première est toute simple : comment t’es venu le goût de la scène ?

Olivier de Benoist : En fait, je l’ai depuis toujours. Comme je suis issu d’une famille nombreuse, j’ai 6 frères et « heureusement » pas de sœur, je que la première scène est à table ou dans la voiture avec mes frères quand on allait en vacances, etc. Il y avait toujours du monde, j’avais déjà un public. J’avais ça dans le sang et comme j’étais marrant cela met en confiance. Très jeune, j’étais déjà bercé dans cet univers là et puis après, par « lâcheté », j’ai fait du droit, sinon j’aurai fait de la scène directement. Ce qui m’a défrustré, ce qui m’a permis de tenir, c’est que je suis devenu magicien. En faisant des tours de close-up, la magie de proximité, tout d’un coup quand je faisais un tour de magie à une personne je faisais déjà un peu un one-man show. C’est vrai que j’ai un peu commencé le one-man show en faisant de la magie. Finalement, on fait un tour, on fait rire, on voit la réaction de l’autre, c’était le premier pas vers le one-man show. Après, j’ai continué mes études de droit jusqu’à ce qu’il y ait un choix binaire qui se fasse entre Droit ou Spectacle. Je me suis lancé des défis en me disant, s’il m’arrive ça, alors j’arrête définitivement le Droit et je ne fais que du Spectacle, c’était plutôt marrant. Un jour j’ai fait une audition. Je me suis dit, si je suis pris je ferai toute ma vie de l’humour, si je ne suis pas pris je fais du droit et j’oublie le reste. J’ai voulu à un moment donné faire des choix, être tout à fait cartésien et binaire, ce qu’il ne faut jamais faire. Et puis après, finalement, j’ai commencé le one-man show en me plantant. Je suis allé dans une librairie théâtrale, je voulais jouer une pièce à deux personnages avec quelqu’un d’autre et ça a commencé avec des pièces à un seul personnage. Puis je suis tombé sur la pièce de Benoît Poelvoorde « modèle déposé » que j’ai joué pendant un an. J’espère que ça lui a donné un coup de pouce d’ailleurs pour la suite. A partir de là, j’ai joué d’autres pièces.
J’ai écrit « né sous X  », «  Loft Sorry  », j’ai écrit « Haut Débit » puis « Très Très Haut Débit ». Là j’ai vraiment connu toutes les années de galère. On dit qu’il faut 10 ans pour faire un artiste, disons que je n’ai pas sauté de classe.

Eric Widiez : Qui était le plus drôle dans ta famille ?
Je crois que tu as déjà un peu répondu.

Olivier de Benoist : Je pense de manière prétentieuse que cela devait être moi-même si c’est horrible de dire ça. Je pense que tout le monde est drôle dans ma famille, ma mère, mon père ont beaucoup d’humour, mes oncles, c’est vraiment une marque de fabrique assez lointaine, tout le monde est drôle, en tout cas, tout le monde veut être drôle. Je ne sais pas si c’est un humour partagé par tous mais en tout cas c’est quelque chose qui revient. Parce que mon père et ma famille en général a un recul sur les choses. C’est le principe même de l’humoriste de prendre du recul, un autre œil, c’est à partir de là qu’on fait rire.

Eric Widiez : Est-ce que ta vie privée inspire tes sketches ?

Olivier de Benoist : Oui évidemment. Par exemple les discours de mariage. J’en ai tellement vu des discours de mariage qui étaient pourris, je me suis juré un jour d’en faire un et de faire celui dont je rêvais. Celui qui ferait fuir la mariée qu’on retrouve dans le spectacle. Quand je fais « Chérie » et que je m’adresse à ma femme et que je dis « Excuse-moi, est-ce que tu peux arrêter de ranger pendant 5 mn. Est-ce que je range moi ?  », ça c’est évidemment une phrase que j’ai dit à ma femme. Quand j’ai dit « tout est light dans l’appartement sauf toi », c’est aussi une phrase que je lui dite.

Eric Widiez : Justement, est-ce que ta femme a de l’humour ?

Olivier de Benoist : J’aimerai qu’elle aime plus l’amour que l’humour. Blague à part, c’est ce qui m’a fait craquer pour ma jeune épouse, c’est que je la faisais rire. Elle m’a mis en confiance, j’avais quelqu’un qui me trouvait drôle tout le temps.

Eric Widiez : Elle partage ton aventure…

Olivier de Benoist : Oui, elle partage mon aventure et ce qui est bien c’est qu’elle est de plus en plus exigeante. Comme elle a vu déjà tellement de trucs, je lui ai fait tellement de vannes, que maintenant je constate qu’il faut être entouré de baromètres. Comme toi Eric quand je t’appelle et que je te dis « est-ce que tu trouves ce sketch drôle ? ». C’est vrai que je suis entouré de gens qui ont encore la tête froide. Avec Vincent Leroy, l’auteur avec qui je travaille, c’est ce qui nous a fait tenir aussi longtemps. C’est drôle si les gens trouvent ça drôle. Je n’ai jamais imaginé que j’arriverais à faire rentrer les gens dans mon univers : je veux rentrer dans l’univers des gens. Je veux parler au plus grand nombre.

Eric Widiez : Tu ne fais pas le spectacle pour toi-même...

Olivier de Benoist : Je suis les gens. Honnêtement, j’ai toujours adoré faire rire les gens mais les grandes salles, la notoriété, ne m’ont jamais fait rêver. C’est quelque chose qui va avec mais la fin en soi c’est de faire marrer les gens.

Eric Widiez : 150.000 spectateurs en 2 ans…

Olivier de Benoist : En 19 mois, c’est beaucoup et ça a continué dès Janvier avec l’Olympia.

Eric Widiez : l’Olympia pour démarrer l’année c’est exceptionnel !

Olivier de Benoist : oui, il y a pire…

Eric Widiez : L’Olympia était complet et une deuxième date est déjà programmée en Mars.

Olivier de Benoist : J’y rejoue le 12 Mars 2013 et la dernière du spectacle sera le 30 Avril. C’est vrai que c’est une aventure absolument formidable. On a calculé avec Vincent, on aura fait 156 dates de tournée et 27 Cigale, 2 Olympia, 115 Européen et là je ne parle pas de ce que j’ai fait avant au Point Virgule.

Eric Widiez : C’est impressionnant effectivement, c’est un beau palmarès.
Tu nous as dit qu’en Avril se sera la fin de Très Très Haut Débit

Olivier de Benoist : Le 30 Avril sera l’enterrement de T.T.H.D.

Eric Widiez : Quelles sont les femmes comiques qui te séduisent le plus ?

Olivier de Benoist : Ma femme… Vincent Leroy quand il met une perruque.
J’aime beaucoup Florence Foresti. C’est à mon avis le modèle féminin de De Funès, c’est exceptionnel.
En termes d’écriture, elle a moins besoin de vannes que d’autres parce qu’elle joue tellement la vanne, elle a une présence sur scène. Elle est dedans et surtout elle a un côté burlesque et clownesque qui la rend inimitable.
Je suis un fan de Muriel Robin, dans cette énergie-là de prendre le public au collet et de ne jamais lâcher pendant une heure et demi. J’aime beaucoup Sylvie Joly. J’aime cette espèce de style, d’élégance qu’elle a. Robin c’est très populaire, Foresti c’est branché et en même temps accessible et Sylvie Joly c’est plus classe, plus décalé.
Voilà les 3 humoristes femmes que j’aime beaucoup.

Eric Widiez : J’ai une question un peu plus ouverte et intéressée qui vient de ton serviteur, ton fan de la première heure : « si je te dis Charlemagne… ».

Olivier de Benoist : C’est-à-dire que je suis très gêné car il semblerait que grâce à un généalogiste de talent, ma famille remonterait à Charlemagne. Tous ceux à qui je l’ai dit m’ont pourri parce qu’à cause de mon ancêtre ils ont dû aller à l’école. Il semblerait même que, d’après ce même généalogiste, en poussant un peu, on pourrait même remonter jusqu’aux Pharaons et jusqu’à Adam.

Eric Widiez : J’ai entendu dire que l’étude était en cours. Il y a effectivement des sources concordantes sur les origines égyptiennes de certains Rois de France.

Olivier de Benoist : d’où Ramsès II, Hatchepsout, l’homme de Cro-Magnon, puis Adam, c’est possible… Un dinosaure… peut-être.

Eric Widiez : Pas plus tard que cette semaine, j’ai trouvé des éléments concordants, mais ce sont des théories, il n’y a aucune preuve scientifique d’ADN !

Olivier de Benoist : Ne me fais pas plus peur, je ne voudrais pas mettre Cléopâtre dans l’embarras.

Eric Widiez : Quelles sont tes vraies relations avec ta belle-mère ?

Olivier de Benoist : Elle est « malheureusement » toujours vivante et encore en bonne santé. C’est deux mauvaises nouvelles pour commencer l’année ; j’ai pu le constater à Noël, ce n’est pas faute de l’avoir gavée avec du foie-gras et d’autres produits. Elle tient le coup, il va falloir trouver une autre parade. C’est surtout l’héritage qui attendra. Sur ma belle-mère, Benguigui a dit un jour : « Olivier de Benoist c’est le seul qui arrive à faire marrer avec sa belle-mère  ». Je ne sais pas pourquoi la belle-mère ça me fait marrer. Certains disent « c’est ringard  » mais en fait on a toujours autant de belles-mères en 2013 qu’en 1950. En intégrant quelques vannes, on a remis ça au goût du jour. C’est comme parler de sa femme, un peu comme Colombo le faisait. C’est complétement intemporel. Finalement, c’est peut-être un créneau qui n’était plus utilisé. D’ailleurs, cela pourrait être un titre de spectacle : « Ma Femme  »…

Eric Widiez : Une question plus personnelle. Tu es né à Reims, tes parents possèdent un Château en Bourgogne, es-tu amateur de grands vins ?

Olivier de Benoist : Non, je ne m’y connais pas assez. Je sais apprécier un très bon vin. Je suis incapable de collectionner, de faire une cave. Cela m’amuserait mais j’ai tellement focalisé pendant 10 ans sur mon activité de one-man show, j’ai tellement fait que ça ! Je suis sûr qu’en posant la question à d’autres humoristes qui ont atteint de la notoriété, je pense à Franck Dubosc, Florence Foresti, justement, tout le monde doit être dans le même cas. C’est tellement une obsession que l’on occulte tout le reste.

Eric Widiez : Quel est le cadeau le plus improbable que tu ait reçu de la part d’un ou d’une fan ?

Olivier de Benoist : Une femme charmante qui m’a offert des pièces en argent. Une dame qui avait été malade et le sketch chez Ruquier, un peu comme une thaumaturgie, l’avait guérie. J’avais été extrêmement touché. Qu’est-ce qu’il y a eu comme cadeau improbable ? oui, une relation sexuelle, malheureusement c’était un fan, donc il a fallu assumer mon statut de vedette.

Eric Widiez : Toujours très près de ton public !

Olivier de Benoist : on s’est protégés.

Eric Widiez : Comment a décollé ta carrière ? A quel moment as-tu senti le petit plus qui a fait que cela a pris une autre dimension ?

Olivier de Benoist : Je pense que ma carrière a décollé chez Ruquier quant au bout d’un mois avec Vincent on a commencé à faire le premier sketch sur les mineurs chiliens. C’est là que j’ai compris qu’il y avait eu un truc. C’était tellement drôle, on se marrait tellement, on hurlait de rire.

Eric Widiez : Et il y a eu des flashbacks de ce thème dans d’autres sketches.

Olivier de Benoist : On se rend compte d’une chose, c’est que le public passe vite à autre chose. Là, on a fait récemment un sketch sur DSK chez Drucker, on s’est rendu compte qu’en terme de vannes, bien qu’il valait certainement ce que l’on avait pu faire un an plus tôt, c’était pourtant justifié par l’actualité, on devait passer à autre chose.

Eric Widiez : Il faut être à l’affut de l’actualité et des attentes du public.

Olivier de Benoist : Il faut être à l’affut de l’actualité et ce qui est absolument malheureux c’est quand elle ne vient pas. Il y a des périodes où elle est là, elle nous tombe dans les bras, il y a un certain nombre de conneries, il y a des gens qui deviennent cons et qui nous sauvent la vie et des moments où il ne se passe plus rien. Je dois reconnaître humblement que depuis le mois de Septembre quand on a commencé Drucker il ne se passe pas grand-chose dans l’actualité. Hollande, par exemple, n’est pas suffisamment caricatural. Sarko, lui était un personnage !

Eric Widiez : Hollande est trop « normal  »…

Olivier de Benoist :
Il est trop « normal  » pour être drôle. Il n’est pas si drôle que ça ! Le gouvernement n’est pas du tout identifié donc on ne peut faire de blague sur personne. Il n’y a pas des Nadine Morano, des Bachelot, personne ne dit des conneries dans ce gouvernement, personne n’ouvre sa gueule. C’est vrai que c’est compliqué. A droite, on a fait quelques sketches avec des vannes. Il y a eu ce fight avec Copé-Fillon qui a duré 3 semaines où là il y avait quelque chose. Mais là encore, au bout de 2 ou 3 vannes c’était fini, il n’y avait pas assez à manger. Il n’y a personne d’autre qui soit connu dans l’opposition. Quant aux vannes sur l’extrême-droite, l’extrême-gauche, cela ne parle pas. Finalement en politique, on n’a rien, il n’y a plus de stars en France. Il n’y a pas de films qui soit se sont plantés ou ont marchés. Il y a peu de choses, il n’y pas à se nourrir. La dernière que l’on trouvé une pépite c’était le « Président normal » avec Hollande avant qu’il ne soit élu. Ça a été le Capitaine du « Costa Concordia », c’était quelques jeux TV qui nous faisaient bien marrer à l’époque et aujourd’hui « Splash le grand plongeon » se profile. On attend ça avec impatience parce qu’on sait que là on retrouvera des cons. Et les cons ils vont sauter de 10 m, donc en plus on risque d’avoir des plats.

[intervention de Vincent Leroy] : ils sautent du mauvais côté de la piscine…

Olivier de Benoist : Ça c’est drôle, Vincent Leroy en live ! Ça me fait rire. Je pense qu’il y aura très vite un sketch sur « Slpash le grand plongeon »… d’ici 15 jours.

Eric Widiez : Merci Olivier. Pour conclure, ce soir tu es à Nice, au Casino du Palais de la Méditerranée, ton public commence à faire la queue…

Olivier de Benoist : Laquelle ?

Eric Widiez : … et tu nous as dit qu’en Avril c’était la fin de « Très Très Haut Débit  », alors un scoop ?

Olivier de Benoist : Le prochain spectacle démarre le 15 Novembre 2013 à La Cigale. Le scoop c’est que grosso-modo on peut imaginer que dans une bonne année je sois de retour dans ce Casino avec le nouveau spectacle qui pourrait s’appeler « L’autre jour  », en clin d’œil à ce que j’ai pu faire chez Ruquier. En même temps « L’autre jour  » c’est un peu « Il était une fois », c’est une ouverture vers tout…
Pour conclure, avant d’aller répéter, je tiens simplement à te remercier parce que tu me suis depuis le début. Tu m’as comblé avec des photos, avec une généalogie, tu t’occupes maintenant du Fan-Club et je suis très fier que ce soit toi qui t’en occupe.
Je peux enfin ajouter qu’il pourrait y avoir une deuxième B.D. au mois de Décembre 2013 avec d’autres sketches.
Il y a d’autres choses qui vont s’annoncer…
L’aventure n’est pas finie et le relais que tu proposes à travers le site internet du Fan-Club et ce que tu fais pour moi est une exposition formidable.
Je parle de ce Fan-Club officiel et cela me touche que les gens apprécient notre travail avec Vincent Leroy.
J’espère que ce site va continuer aussi longtemps que ma carrière.

Eric Widiez : A titre personnel, je te remercie de toute ta confiance, je suis très fier de gérer cet organe officiel qui t’est entièrement consacré.
Au nom de tous les fans qui vont se regrouper, j’espère que 2013 sera pour toi et Vincent un excellent cru.

Propos recueillis le 25 Janvier 2013 au Palais de la Méditerranée à Nice par le Président du Fan-Club Officiel d’Olivier de Benoist.

Pour toute citation ou extrait :
Ne pas modifier le texte et veiller à mentionner la source : www.fanclubodb.com
Crédit photo : Widiez

Messages

  • Ce encadrement revele serre. Neanmoins finalement Calcul Auge dont a remporte Le Choc reels conquerant lundi 28 avril sur M6 Bizarre semaine apres sa victoire a originaire en compagnie video voiture (www.lazappette.com) de la 5e occasion en meme temps que Top chef , ceci fautif biterrois se voit de nouveau sacre victorieux, bouille a Blue-jean Imbert , ce gagnant de la 3e occasion.

  • NEW YORK, 4 avril (Reuters) - Jeremy Stein , gouverneur a la Reserve federale depuis une paire de annee, quittera ses occupation le 28 mai nonobstant forexpro retrouver eclat poste de professeur a Universite avec Harvard, a annonce cette Fed jeudi.

  • Vous avez envie en tenant vous-meme declencher dans le trading en ligne neanmoins rien savez marche exactement selon ou bien commencer ? Forex ou selection binaires ? Boursoforex vous guide professeur forex parce que a egard de choisir pour commencer un Representant fiable Cela police de trading existe depuis environ a egard de 6 an. Exhaustif a commence au CBOE ou bien Chicago Board Options Exchange. A cette epoque, en 2008, TRADITIONS Securities and Exchange Remise avance la possibilite aux traders en meme temps que creer avertissement aux options binaires dans le dessein investir. Des lorsque, rare assemblee en tenant courtiers en ligne se sont specialises dans cette branche et inevitables outils specifiques ainsi qui certifies indicateurs ont vu le lumiere. Qualite en compagnie de la exploit, quantite a egard de duree qucelui-ci faut au contraire guider les signaux, duree en meme temps que date en meme temps que negociation sont pareillement en meme temps que facteurs que toi-meme devez appliquer aupres savoir celui-ci dont vous convient le meilleur. Or, dont devez-toi perpetrer contre rester discipline apres une perte importante ? Computation demo gratuit Qu est-ceci qui moi-meme fais a egard de souffrance ?

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?